Gåva från presidenten med tveksamt innehåll

Dela detta
Presidenterna Nicolas Sarkozy och Lech Kaczyński

För knappt två veckor sedan var frankrikes president Nicolas Sarkozy på stadsbesök i Polen och hälsade på sin polska kollega president Lech Kaczyński. Som gåva hade Sarkozy med sig två flaskor cognac som han överräckte till Kaczyński och premiärminister Donald Tusk.

Sarkozy är väl medveten om att det är en stor dispyt mellan president Kaczyński och premiärminister Tusk, och vill därför inte favorisera någon av dem genom att ge dem olika gåvor.

Det rörde sig om två identiska flaskor med årgångscognac från 1713. Flaskorna kommer från Domaine Fontaine de la Pouyade i Bassac. Stolt överräckte Sarkozy dessa flaskor, det finaste Frankrike kan producera, med nästan 300-årigt innehåll.

Det Sarkozy och hans rådgivare glömt ta reda på var att cognachuset la Pouyades överhuvud Bernard Bouyer-Dubosquet för mindre än två år sedan dömdes för att “ha lurat företagets kunder om ursprunget, viktiga substanser och blandningen av cognacen”.

Även om jag själv är mycket misstänksam och skeptisk till att flaskornas innehåll verkligen är en vintage 1713, så önskar jag Kaczyński en trivsam stund i favoritfåtöljen i sitt presidentpalats.

Andra bloggar om: bluff, cognac, frankrike, kaczynski, konjak, polen, president, sarkozy

  • För knappt två veckor sedan var frankrikes president Nicolas Sarkozy på stadsbesök i Polen och hälsade på sin polska kollega president Lech Kaczy?ski. Som gåva hade Sarkozy med sig två flaskor cognac som han överräckte till Kaczy?ski och prem…

  • cognaclover

    Here is the Article talking about the “funny” story…(from the french regional newspaper Sud-Ouest)If someone can translate it into Norwegian….Have fun:)

    Dans les derniers jours de mai, Nicolas Sarkozy a effectué une visite officielle en Pologne avec la volonté affichée de rallier ses interlocuteurs à son projet d’Union pour la Méditerranée. Pas sûr qu’il y soit parvenu.
    Pas évident, non plus, qu’il ait réussi à réchauffer l’atmosphère entre le président conservateur, Lech Kaczynski, et son Premier ministre libéral, Donald Tusk. Tous deux se détestent cordialement. N’en ignorant rien, notre président a voulu prévenir l’incident diplomatique. Lors de tels voyages, la coutume veut qu’on procède à un échange de cadeaux : pour éviter les chamailleries entre les deux têtes de l’exécutif polonais, Nicolas Sarkozy a cru jouer très finement en offrant exactement le même cadeau aux deux hommes. Gageons qu’il était même persuadé de ne pas se moquer d’eux, bien au contraire, en ayant apporté comme présents deux bouteilles de cognac du Domaine la Fontaine de la Pouyade, de Bassac, en Charente, millésimé 1713. Une eau-de-vie vieille de près de trois siècles ! On comprend que l’Élysée ne se soit pas privé de communiquer sur ces flacons, a priori exceptionnels. A priori?

    Un jugement? Dans la zone de production du cognac, on sait le poids du temps et de l’histoire. Immédiatement, celle de la Fontaine de la Pouyade a amené certains à sourire quant aux « bonnes » adresses où s’approvisionne M. Sarkozy. Avant qu’ils ne ressortent de leurs archives un document relativement récent. Il s’agit d’une coupure de? « Sud-Ouest » de mai 2006, liée à un jugement définitif du tribunal de grande instance d’Angoulême.
    Un jugement qui ne laisse pas la moindre place au doute et par lequel le gérant de la SARL Fontaine de la Pouyade est condamné à la peine de 3 500 euros pour avoir « trompé la clientèle de la société sur l’origine et les qualités substantielles et la composition du produit cognac », vendu en l’espèce comme provenant de vignobles « familiaux » alors que cette SARL n’effectue que du négoce.
    Quant à l’indication d’âge des eaux-de-vie, les magistrats se contentent de dire qu’elle est tout simplement « fausse », reprochant au gérant une communication tout aussi inexacte, tant sur l’ancienneté du domaine de sa famille que sur la durée du vieillissement des alcools.

    ? et un acte notarié. Se pose la question de savoir pourquoi le cognac offert aux dirigeants polonais s’est retrouvé affublé de la date de 1713. « Ce n’est pas un millésime, c’est tout simplement la date d’un acte notarié découvert aux archives départementales », raconte un bon connaisseur du passé charentais, précisant que l’acte en question n’a aucun rapport avec le cognac, encore moins avec la famille du gérant de la société de négoce, même si un fac-similé de cet acte figure sur ses brochures publicitaires. Et de poursuivre : « Par cet acte, est vendue une terre de Segonzac, une “pouyade”, ce qui veut dire le haut de la colline. Et il est question d’une fontaine. L’acheteur concède au vendeur de continuer à utiliser son eau pour rouir son chanvre. Point. »

    D’Henri IV à Sarkozy. Tout naturellement, un détour par le site Internet de cette société s’impose. Pour ce qui est du cognac, réservé « à une élite d’amis et de connaisseurs » tant il est rare, la présentation commence par une anecdote. La voici : « Henri de Navarre (1), en 1592, fit halte dans la région de Charente, et c’est à cette occasion que lui fut offerte une bouteille de la Fontaine de Pouyade par Vincent B. », qu’on devine être présenté comme le lointain ancêtre de l’actuel gérant, puisqu’il porte le même nom. L’histoire fait pouffer de rire le spécialiste de la question au Bureau national du cognac : « En 1592, le cognac n’existait pas. Les premières distilleries ont été installées par les Hollandais en 1617 », dit-il.
    En déplacement à l’étranger, le gérant – et semble-t-il seul salarié de la société, la permanence téléphonique étant assurée par un tiers en son absence – s’est avéré injoignable hier. Pas d’information sur le prix de ces cognacs, donc.
    Pour ce qui est de l’achat de ces deux bouteilles, on explique à la préfecture de la Charente que personne n’a jamais été sollicité pour cette acquisition. Restent les destinataires du fameux cadeau : s’ils se vexent en apprenant sa vraie nature, ils sont capables d’en faire don aux plombiers polonais pour leur prochaine tombola.
    (1) Henri IV, roi de France depuis 1589, qui sera assassiné par le Charentais Ravaillac?